En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

Nos formations s'articulent autour de mises en situation d’entretiens faites en groupes de 4 ou 5 stagiaires, encadrés par un formateur superviseur.

 Il s'agit d'un apprentissage utilisant la multiplicité des perspectives.

Dans chaque groupe, chaque stagiaire vit l’expérience d’être successivement « intervenant », « consultant » et « observateur », il peut apprendre dans chacune de ces positions et faire des liens entre ses différents apprentissages.

            Etre "intervenant", c’est mener un entretien, (l'entretien est enregistré et l'enregistrement appartient à l'intervenant), pouvoir le réécouter, l’analyser à l’aide de grilles appropriées, comparer son analyse avec le vécu du consultant – ce qui permet d’évaluer l’impact de nos attitudes (retour que nous n'avons jamais en tant que praticien avec nos consultants) – comparer avec les apports des observateurs puis synthétiser, articuler avec des éléments de compréhension au cours d’une supervision individuelle donnée par le formateur superviseur.

            La posture de "consultant" est spécifique à cette méthodologie. Il ne s'agit pas de jouer un jeu de rôle, il est demandé au consultant d'exposer une problématique réelle, actuelle, sur laquelle il a envie d'avancer. Cela rend la situation la plus authentique possible. Pour le consultant, c’est un moment privilégié : quelqu’un s’occupe de lui, durant un entretien, pour l'aider. C’est vivre ce que vivent nos consultants dans la réalité : c’est demander de l’aide à propos d’une problématique professionnelle réelle, c’est faire l’expérience que font nos consultants d’être parfois compris aidés mais c’est aussi vivre l’impact de façons de faire qui peuvent ne pas nous convenir. Cette expérience est riche de prises de conscience.

            Etre "observateur", c’est, à partir de grilles d’observation, apprendre à analyser un entretien, aider l’intervenant à saisir ses difficultés, faire des repérages sur des fonctionnements qui sont différents des nôtres, comprendre leur impact et éventuellement se les approprier.

            C’est dans la synthèse intégrative qui s’opère pour chacun, entre ces différentes perspectives que se construisent de nouvelles compétences en relation.

Des temps de supervision

C’est à travers l’entretien de supervision, travail individualisé effectué par le formateur superviseur auprès de l’intervenant après chaque mise en situation, que chaque stagiaire développe ses compétences en apprenant à mieux s’utiliser comme personne dans la relation. Il s’agit d’un travail de supervision qui a pour objectif de développer la conscience réflexive de soi en situation de relation ainsi que la capacité à s’autosuperviser de manière autonome. Le formateur aide l’intervenant à mieux comprendre sa manière de mener un entretien, à nommer ses ressources et qualités relationnelles pour mieux se les approprier et mieux les utiliser.

Un apprentissage basé sur l’authenticité du vécu des situations 

Plutôt que de faire des jeux de rôle ou des études de cas, il est demandé à chaque stagiaire, lorsqu’il se trouve en situation de consultant d’évoquer une problématique professionnelle, réelle, actuelle, dont il peut parler et sur laquelle il peut souhaiter recevoir de l’aide. Le travail d’écoute et d’aide est donc centré sur des difficultés réelles, ce qui permet de travailler de manière authentique, centré sur soi, sur son désir d’avancer sur une problématique, et non préoccupé par un rôle à tenir. La vérité des situations exprimées permet un travail d’entretien au plus proche possible du réel. Cependant, l’expression de difficultés professionnelles réelles requiert un contexte où chacun se sente en sécurité d’où la nécessité de travailler en petits groupes dans lesquels la confidentialité sera respectée.

Des allers-retours entre situations expérientielles et apports conceptuels

Les mises en situations en petits groupes permettent de saisir les besoins théoriques et techniques de chaque stagiaire. Une analyse des besoins individuels en formation est effectuée quotidiennement par les formateurs à l’issue des mises en situation. Compte tenu de ces besoins et des ressources des stagiaires, des apports théoriques et techniques sont faits en grand groupe. L’intégration de ces savoirs, pour qu’ils deviennent des compétences professionnelles utilisables se fait en retournant dans les mises en situation en petits groupes.

 

Un de nos critères qualité

 

La co-animation des formations

L'animation des stages par deux formateurs superviseurs correspond à une exigence de qualité.

 

La co-animation dans les formations à l'entretien :

 L'animation des formations par deux formateurs superviseurs favorise :

L'accompagnement personnalisé : la pratique de l'entretien sous supervision se fait en petits groupes de 4 à 5 participants.

L'intégration des apprentissages : le travail en petit groupe permet l'intégration et l'articulation des apports théoriques.

L'accompagnement du groupe : la complémentarité des formateurs permet un regard partagé de la dynamique du groupe et de ses participants, ce qui vise à favoriser in fine la cohésion du groupe et sa production collective.

La co-animation des formateurs  permet la complémentarité des compétences et un ajustement au plus près des besoins des participants et du groupe.